Château de Loches - Forteresse

L' histoire du château de Loches,

Loches apparaît dans l' histoire pendant le haut Moyen Âge : mentionnée pour la première fois en 742, la place forte avait sans doute une origine bien plus ancienne. Elle devint l' une des résidences favorites des comtes d' Anjou à partir du Xème siècle : son rôle stratégique ne fit que s' accroître avec l' accession des Plantagenêt à la couronne d' Angleterre. Durant les guerres franco-anglaises de la fin du XIIème siècle, le site passa en 1193 à Philippe Auguste ; mais dès l' année suivante, les armées de Richard Coeur de Lion s' en emparaient à nouveau. En 1205, Philippe Auguste parvint à s' en rendre maître, après une décennie qui fut sans doute déterminante pour la forteresse.

Fichier:Blason ville fr Loches (Indre-et-Loire).svg

Par la suite, Loches ne fut plus qu' une place royale de second ordre ; ce qui n' empêcha pas les rois Charles VI et Charles VII d' y résider, restructurant les anciens logis. Louis XI transforma la vieille forteresse en une citadelle militaire, avec ses prisons légendaires depuis que l' on y exhibe l' une des cages de La Ballue.

Description

Le site fortifié de Loches se compose d' un castrum occupant un éperon barré dominant l' Indre, complété ultérieurement par deux enceintes clôturant des bourgs castraux en contrebas : l' enceinte du "fort" Saint-Ours, et l' enceinte de la ville. De la première, bâtie autour de l' église paroissiale Saint-Ours disparue entre le castrum et l' Indre, il subsiste des vestiges importants, formés de courtines à flanquements semi-circulaires pleins qui datent de la seconde moitié du XIIème siècle, époque à laquelle Henri II Plantagenêt renforça le site. La seconde, enceinte urbaine tardive établie au Nord et à l' Ouest du castrum, offre aujourd' hui de belles tours-portes de la fin du XV ème siècle, bâtie sous Charles VIII, voire Louis XII.

Le castrum. Le castrum de Loches est l' un des plus beaux exemples fossiles d' organisation du haut Moyen Âge, peu à peu transformé dans la suite des siècles. L' éperon barré était ceinturé par une vaste enceinte ovoïdale ; à la pointe de l' éperon fut aménagé le logis princier ; face au plateau, une tour maùîtresse constituait la fortification d' arrêt primitive. Entre deux, la collégiale fondée par le pouvoir féodal, dédiée à la Vierge Marie, formait le coeur de l' agglomération primitive, avant que celle-ci ne descende sur le coteau autour de Saint-Ours. A cette enceinte du castrum, il n' existait primitivement qu' une entrée, située à l' Ouest : rebâtie au XIIIème siècle par Philippe Auguste comme porte à deux tours, elle  a été remaniée au XVème siècle pour accueillir un pont-levis à flèches,recevant alors un arrière-cortps pour la garde.

 L' ensemble fortifié du sud. Face au plateau, les comtes d' Anjou bâtirent une grande tour maîtresse rectangulaire, protégée par une enceinte plygonale et un fossé ; cette tour remarquable, à contreforts semi-circulaires sur dosserets, résulterait de campagnes successives espacées d' une dizaine d' années, entre 1011 et 1031, selon les résultats d' une récente analyse dendrochronologique. Dans son état définitif, elles se présentait sous forme d' un grand et haut corps rectangulaire pourvu d' un appendice abritant l' escalier d' une tour maîtresse résidentielle à quatre nniveaux, pourvue de circulations inframurales remarquables.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site